les CGT

Frédéric « L’Ugict est une avant-garde »

À 37 ans, il est responsable qualité environnement pour Shell, dans une usine de fabrication d’huile et il habite Nanterre. Son métier qu’il juge utile lui donne une satisfaction professionnelle. Un travail à mi-temps qui lui permet d’assurer des activités syndicales.

Pour lui, prendre contact avec la CGT était une démarche évidente : « c’était normal de s’organiser » d’autant qu’ « à l’époque mon employeur ne respectait pas le code du travail, ce qui m’a donné une double raison. »

Il se retrouve ainsi représentant syndical, seul cégétiste dans son usine, en plein milieu d’une restructuration. « Les autres élus et la direction ont assez mal réagi. Ils s’y sont fait au bout de quelques semaines ».
Il ne s’attendait pas à assurer autant de responsabilité en si peu de temps, « quant on entre dans le monde militant, le besoin et l’engagement volontaire nous prend rapidement le bras. »

L’équilibre entre vie professionnelle, militante et personnelle n’est pas simple, « je me suis vite retrouvé épuisé, mais en même temps les trois sont indispensable à ma vie ». Il lui paraît inconcevable d’arrêter ses activités militantes.

Il aspire à être heureux dans la vie et fait tout pour. Il aime le sport, les voyages, et partager ces moments avec ses amis…
Il recommande le film Margin call, de J. C. Chandor, qui raconte la dernière nuit d’une équipe de traders avant un crash boursier. La réaction des traders y est éclairante et intéressante.